La salle des machines

Publié le par Brad-Pitt Deuchfalh

Il y a quelques semaines y'avait un concours sur le thème du footing (les sponsors étant des trucs de sport).
C'était organisé par Fred de Mai qui est un blogueur sympa alors j'ai participé. Fallait écrire un texte en rapport avec le footing.
J'ai écrit un texte et je l'ai envoyé à Fred.

A ma grande surprise, j'ai reçu un mail qui m'annonce que j'ai gagné le concours.
Je suis vachement content et super fier.

Merci à Fred d'avoir organisé ça et merci aux sponsors.

J'ai donc gagné un camescope numerique et un telephone portable.

Pour une fois que j'en ai l'occasion, je voudrais vous offrir ces cadeaux pour vous remercier de votre présence et vos encouragements.

la fin de harry potter 7 en français


Le principe est vraiment très simple.
Pour participer il faut être inscrit à la newsletter.
Si vous y êtes inscrit, envoyez moi un mail depuis l'adresse mail avec laquelle vous êtes inscrit à la newsletter.
Pour m'envoyer votre mail, cliquez ici
Dans votre mail notez votre adresse postale complète (nom prénom adresse) et votre pseudo. Vous inquietez pas, je vais pas revendre vos coordonnées à la mafia.

Le 350ème mail que je reçois, je l'ouvre et j'envoie les cadeaux à l'adresse indiquée. Si y'a pas d'adresse, je prendrai le mail suivant.
Si je reçois pas 350 mails, lundi à 20h00, je regarderai le dernier mail reçu et il recevra les cadeaux.
Voilà :-)

J'espère que ça vous plaira.

la fin de harry potter 7 en français


Le texte envoyé au concours s'appelle : La salle des machines

C'est sans doute la salle des machines d'un de ces vieux cargos crasseux, le genre qu'on voit dans les films. Une salle des machines où il fait 58 degrés. Où y'a pas d'air. Où les mécanos portent des marcels trempés de sueurs. Et d'énormes clé de douze. Et sur leur tee-shirts et leurs figures mouillées y'a de la suie noire. C'est une salle des machines qu'est presque comme un sauna qui serait franchement crado avec des tubes qui traversent l'espace et dedans, dans les gros tubes métalliques rouillés, y'a une vapeur à 800 degrés qui crame tout et qui siffle. Une vapeur sous pression. Et ces tuyaux-là, ils amènent la vapeur brûlante jusque dans ma gorge et putain, ça brûle. Comme de l'acide. Mais j'y peux rien : je cours. Et mon corps fait mal à mon corps et continue encore, même si chaque pas de plus c'est un grand coup de hache dans la cuisse. Chlaf chlaf, ça me débite la jambe au hachoir.

Avant ça, j'étais là : dans la cour du collège et j'avais 11 ans. J'avançais vers la grille qui me séparait du dehors. Autour de moi ça disait ipod et cinéma et mp3 et sortir avec une meuf mais j'entendais pas : je regardais la grille et je comptais mes pas. Badabom badadom. Ça c'est le bruit de mon coeur qui cogne. Arrivé dehors, j'arrête de marcher : je cours. Mais pas comme au 100 mètres, en gardant des réserves pour le sprint, nan, là, je sprinte tout de suite, et même si je suis déjà à fond et que je sais que je peux pas pousser mon corps plus loin parce que sinon il va exploser ou se déchirer ou quelque chose comme ça, je continue quand même. Et je vois trouble. La sueur. Les pleurs. Et le chlaf chlaf des mecanos qui m'ecrabouillent la trachée à grands coups de clés de douze.

Le truc qui doit ressembler le plus à ce que je vis tout de suite c'est de te foutre à poil dans la neige et il fait cinq degrés sous zéro et ta mère te lacère le visage à grands coups de martinets. Et t'as un masque à gaz sur la bouche qui te fait respirer comme dans un bocal. Et tu dis « encore, encore. »
Parce que parfois le seul choix que tu as, c'est courir.

Alors voilà, j'ai 11 ans et je cours, je cours, mais ce mot-là veut rien dire –courir- tellement ce que je fais c'est vachement plus dur que ça. Je souffre sur la distance. Je m'écorche à vif sur des kilomètres. Et puis soudain mes pieds glissent dans le gravier et ma tête s'envole, part loin devant et entraîne le reste de mon corps au-dessus du sol et puis tout ça retombe en glissant sur la caillasse qui me râpe et m'arrache la peau du menton, des genoux et des mains et me résonne dans les poumons. Et y'a du rouge par-terre.

Badabom badabom. Le bruit des pas. C'est à ça qu'on reconnaît quelqu'un qui court. A ça qu'on sait qu'il est toujours derrière. A ça qu'on sait qu'il arrive. Qu'ils arrivent. Tous les trois. Qu'ils s'arrêtent à côté de moi et qu'ils disent que nan mon gars tu nous échapperas pas.
Badabom badabom. Le bruit des grands coups de savates dans l'estomac. Je me roule en boule. J'y échappe pas. Grands coups de tatanes dans la gueule. Et je pense qu'à un truc : demain j'essayerai de courir plus vite.

Tu voulais savoir pourquoi y'a pas moyen de faire un footing avec moi le dimanche matin au bord du lac. Pourquoi faut toujours que d'un coup je trace la route à toute berzingue à m'en arracher les jambes. Comme poursuivi par une meute de loups.

Il m'a fallu six mois. Six mois à courir comme un dingue. A sprinter comme un maboule. Six mois à essayer de leur échapper. Et puis un jour j'ai réussi : j'ai couru 100 mètres jusqu'à la rue des Voleurs. Et quand ils ont tourné eux aussi, à bout de souffle, on était là, Crocheton, Postiche et moi. Alors mon frangin leur a dit maintenant les gars : c'est à vous de courir.
Et on a sorti nos clés de douze.




 

Publié dans Au jour le jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Garfield 24/04/2008 01:38

AH! Jy pense maintenant a surligner!

Clo 03/01/2008 10:22

sa té vraiman arrivee ou tu l'a juste inventee pour le concour?
parcek la si tu l'a invetee e bein chapeau!!!
BIZZZZZ

Thomas Clément 14/09/2007 11:54

Ca marche réellement les phrases écrites en blanc pour ameuter du monde ? Je suis tenté d'y faire moi aussi mais faudrait pas que ce soit uniquement une perte de temps !

nichevo 30/08/2007 21:46

bravo pour la machine. C'est classe.

bob 14/08/2007 14:39

lol "la fin de harry potter 7 en français" écrit en blanc ^^ pour ramener des reequêtes google sur ton site !
Maintenant à chaque fois que je viens je selectionne tout ton article en bleu pour faire apparaitre ce que tu écris en blanc !!