La fin du monde

Publié le par Brad-Pitt Deuchfalh

Y’a Benoît qui me dit « alors, tu vas rouler une pelle à Linette ? » mais la musique est tellement forte que moi je comprends « alors, tu veux rouler un pète à Lionel ? » et je dis hein quoi ? et il me demande : tu veux du roulé à la mimolette ?
Et je dis euh non.

En plus, je connais personne qui s’appelle Lionel.

Le BOUM BOUM qu’on entend c’est le battement de mon cœur.
Y’a mon cœur qui fait BOUM BOUM depuis que Benoît m’a demandé si je voulais du roulé à la mimolette. C’est le boum-boum de la peur. Benoît me demande si je veux du roulé à la mimolette mais c’est comme si il gueulait : « TOUT VA EXPLOSER DANS DIX SECONDES ! » et BOUM BOUM mon cœur qui cogne comme un tambour et résonne dans toute la maison. On dirait que tout le monde peut l’entendre. On dirait que tout le monde danse dessus.
Ou alors c’est juste la musique.
N’empêche, j’ai peur quand même.

Et tout le monde gueule « DIX ! »

C’est pas le roulé à la mimolette qui me fait peur. Même si j’aime pas ça, moi, le fromage. Ce qui me fait peur c’est de rouler une pelle à Linette. Et pourtant Linette j’aimerais trop lui rouler une pelle. Faut dire que Linette c’est une bombe. Et tout le monde gueule « NEUF ! »

J’ai pas peur de rouler une pelle, j’ai juste peur de pas le faire bien.
Super bien.
De pas être le meilleur rouleur de pelle de tous les temps. De pas être « parfait ».
Et y’a quelqu’un qui me dit : c’est bien ça ton problème.
C’est une voix dans ma tête.

Devant moi y’a la tête de Benoît en gros plan. Il dit un truc que j’entends pas –genre « super teuf » ou « super meuf » je sais pas- et je fais humhum. Il ouvre sa bouche tellement grand que je pourrais y mettre mon cœur. C’est ça le premier truc auquel je pense en voyant Benoit pousser son énorme roulé à la mimolette au fond de sa gorge : que si j’y mettais mon cœur, dans sa bouche énorme, et qu’il la refermait, peut-être qu’on l’entendrait plus, le BOUM BOUM de ma peur qui résonne dans toute la maison.
Et tout le monde gueule « HUIT !»

Un compte à rebours c’est toujours la fin de quelque chose. Putain mais pourquoi je me dis des trucs pareils ? Chui grave. Pourquoi je m’enferme dans le silence de ma tête alors qu’autour c’est la cohue ?
« Ça va bientôt exploser », ça c’est sûrement ce que je devrais écrire, mais ce que j’écris c’est : nom de dieu, Linette c’est vraiment une bombe. Et dans le silence de ma tête, toutes les bouches s’ouvrent en même temps et je fais le playback : « SEXE ! »

Deux cents personnes qui sautent et qui rebondissent et courent dans tous les sens, c’est deux cents personnes qui hurlent à t’en scier les tympans.
Mais j’ai coupé le son.
Sous-titre : SIX !

Soudain je la vois au milieu de la foule, c’est Linette au loin. Si elle court pas au ralenti elle fait vraiment bien semblant. Et si c’est pas vers moi qu’elle vient alors c’est sûrement que je suis pas là et il serait temps que je revienne et ça fait « CINQ ! » au moment où j’émerge dans le réel et Benoît qui dit « tu veux du roulé à la mimolette ? » et je dis non j’suis pas très fromage et il me dit : j’te parle pas de fromage ducon, je te parle de Linette !
Et à droite déjà ça pète : BOUM !
Alors les gens hurlent : KAAATT !!

Elle vient vers toi, elle veut sortir avec toi mec. Et moi je dis ouais ouais mais alors juste un roulé parce que bon moi la mimolette. Mais Linette, elle sourit déjà, tellement elle est pas loin.
Et ça explose à gauche BOUM et tout le monde gueule TROIS !

Le mot que j’écris c’est : APOCALYPSE.

Dans ma tête tout va plus vite ça s’accélère. J’ai l’impression que j’ai plus le temps, que c’est fini, qu’il faut prendre une décision : le fil rouge ou le fil vert ? Le fil rouge ou le fil vert ? PLAC. Ça c’est les chiffres rouges qui tournent sur le compte à rebours : DEUX. Et Linette se plante devant moi et ça pète de partout maintenant BOUM : les bouchons de champagne claquent contre le plafond et mon cœur claque dans ma poitrine et c’est la fin du monde et tout le monde gueule UN !!
Et Linette me dit « bonne année Brady. »

Autour de nous deux, y’a rien d’autre que le monde qui hurle et qui court à sa perte. Ou peut-être que non. Peut-être qu’il y a personne et qu’on est juste morts. C’est peut-être pour ça qu’elle me réanime en bouche-à-bouche avec nos langues qui s’entortillent comme des serpents.


[mp3]

Texte lu par LeVoix



 


Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

Marion 28/01/2008 21:27

Coucou! J'ai découvert ce blog il y a peu grâce à un lien sur un site. Après avoir lu deux articles, j'ai immédiatement décidé d'acheter ton livre!!!Et je le dévore avec beaucoup d'humour mais aussi un peu de tendresse et toujours plein de surprises!!!
Vraiment j'adore ce que tu fais et même s'il était au rayon enfants, il plait tout autant aux grands. Heureuse d'avoir contribué à ta future richesse.
Bisous.

Lionel 25/01/2008 20:43

Moi je m'appelle Lionel. Mais je veux pas que tu me roules un pète. Et pis on se connait pas d'ailleurs. Enfin si, maintenant si puisque je sais qui tu es et que tu sais qui je suis.
J'ai acheté ton livre pour l'offrir à mon frère qui n'a jamais lu un bouquin de toute sa vie (que je lui lisais même ses bouquins quand il était au collège pour pas qu'il ait des trop mauvaises notes). Je te dirai s'il l'a lu.
Bonne suite.

Miche Miche ! 23/01/2008 09:26

alala ! J'ai reçu le livre hier, que j'ai gagné sur le site de blogspace.fr ! J'y croyé pas t j'ai commencé à le lire et je sens ki v me plaire !! merci !!

raf 19/01/2008 10:19

je suis venu pour te dire bien joué ton livre est trop bien

Martin-Lothar 18/01/2008 23:00

Ah non ! Il ne va pas tomber amoureux le Brad. Il ne manquerai plus que ça, tiens. J'espère que t'as bu un peu de champagne quand même hein !
Attention aux patins, et surtout à la salive : C'est plein de salive. Je t'aurai prévenu ! Quant à la langue, ce n'est bon que pour les cornichons. Surtout la langue de boeuf ; mais il y en a d'autres, c'est vrai. A+