Le manque de respect

Publié le par Brad-Pitt Deuchfalh

Publication d'un texte avec une semaine de retard. En pleine révision pour le bac.

Oh oui traite-moi de salope, oh oui traite-moi de sale chienne. C’est fou comme les nanas elles aiment qu’on leur donne des noms bizarres. Oh oui traite-moi d’ustensile. Ouais. Elles adorent qu’on leur donne des noms cheulous, les meufs, dans les films pornos.
Traite-moi de récipient.

Des films pornos, j’en ai vu un paquet. Surtout chez Benoît. Et pis sur internet. Mais j’aurais jamais cru que les meufs elles voulaient vraiment qu’on leur donne des noms cheulous. En vrai je veux dire. J’aurais jamais cru qu’une fille me demanderait ça, à moi, de lui donner des noms cheulous. Et en plus, là, c’est Linette.

Pour ceux qui lisent pas mon blog et qui débarquent, Linette et Lafleur, c’est les deux meilleures amies du monde. Mais c’est surtout les deux plus belles filles du monde. Et de mon lycée aussi. Et Linette c’est ma copine, ma 1ère copine, la première fille qui me roule une pelle pour être plus clair. Avant elle j’étais puceau de la langue. Et pourtant j’ai 18 ans.
Donc bon, des fois dans la vraie vie, y’a des filles, moi avant je le savais pas, mais c’est vrai : y’a des filles elles veulent que tu leur donnes des noms bizarres. Et là, c’est Linette.

Ton cadeau d’anniversaire. C’est ça qu’elle dit. Que ce sera mon cadeau d’anniversaire. Pour mes dix-huit ans. Moi je dis que j’aurais 18 ans que dans 6 minutes et 57, 56, 55 et je sais pas ce qu’elle répond parce qu’elle baisse ma braguette : fzziii.

Voilà, c’est samedi soir, et c’est la fête. A minuit pile, dong, j’embrasse Linette et ça fait exactement 5 mois qu’on sort ensemble. Five. Et au même moment, dong, j’entre dans ma 18ème année. Dix-huit ans. La majorité mec ! Bienvenue au club ! Autant dire que c’est un moment important. Flaaash : photo mentale.

Cent vingt huit minutes plus tard ça fait fzziii et c’est ma braguette qui descend. Mon cadeau d’anniversaire. Ma première pipe. Autant dire que c’est vraiment un moment important. Flaaash : photo mentale.

Il est donc 2h09 du matin et j’ai 18 ans et mon zboub dans une bouche qui n’est pas la mienne. Et ce que je dis c’est putain Linette t’es vraiment une salope. Et puis : vazi Linette, suce-moi jusqu’au trognon sale chienne.
Je répète mot pour mot ce qu’elle m’a demandé de lui dire. Mais j’ai vraiment du mal avec ce manque de respect.

La condition. C’est ça qu’elle dit. A genou devant ma braguette. Que la condition c’est ça : que je lui répète toutes les insultes qu’elle me souffle. Elle dit que c’est ça son truc : un coup elle aspire. Un coup elle souffle.

« Je vais te remplir, Linette, comme une oie. »
Nan, sérieux : ce manque de respect, c’est pas du tout mon truc.

C’est peut-être parce que je suis amoureux. Je dis pas que je suis amoureux. Mais si ça me gêne de lui dire « Linette t'avales comme un aspirateur » (putain mais où elle va chercher des expressions pareilles ?) c’est peut-être que je suis amoureux. Je sais pas.

En ce moment j’arrête pas de me poser des questions sur le sexe et sur l’amour. Parce que tout le monde dit que le sexe ça fait partie de l’amour, que le sexe avec quelqu’un qu’on aime c’est comme une sorte d’osmose, mais moi j’ai plutôt l’impression que c’est des discours de bonnefemmes tout ça. J’ai l’impression qu’en fait le romantisme c’est avant et après mais que pendant c’est du cul et pis c’est tout.
Et ça veut dire que le romantisme et le cul c’est deux trucs différents. Pour les autres je veux dire, parce que pour moi justement le romantisme c’est pas différent du cul, nan, c’est la même chose.
Je dis pas que le romantisme c’est de baiser, nan, c’est pas ça que je dis. Ce que je dis c’est que ma vision à moi du romantisme c’est un truc dans lequel le sexe est pas plus important ou moins important, ou à côté, ou avant, ou après.

Avec Linette souvent on dit la même chose au même moment. Je dis « dans la ruelle » et exactement au même moment elle dit « dans la ruelle ». Elle dit « dans 10 minutes » et au même moment je dis « dans 10 minutes ». Et si je disais « j’ai vachement envie que tu me suces », je suis sûr qu’elle dirait « j’ai super envie de te sucer » et ce serait vachement romantique.
Ou même mieux, moi je dirais rien et elle, elle s’agenouillerait et ouvrirait ma braguette. Ce serait ça le romantisme. Être exactement sur la même longueur d’onde, au même moment.

Mais là, tout de suite, je regarde la photo mentale et tout ce que je vois c’est juste un mec debout avec son zboub dans la bouche d’une fille. Et le mec répète ce que la fille lui dit de dire. Et ce qu’il dit, là, tout de suite, le mec, c’est : t’es qu’une gourde à sperme Linette et je vais te remplir jusqu’au goulot !
Et le mec, c’est moi.

Et ça, personne le sait, mais ce que je pense à ce moment-là, c’est : elles sont graves quand même les nanas. Y’a vraiment un truc qui cloche chez les meufs.

Et c’est là qu’elle enlève mon zboub tout gonflé de sa bouche pour me souffler mon texte : « t’es qu’une petite pute Linette, une petite moins-que-rien bonne qu’à bouffer de la bite ! » Et là, jusqu’à l’autre bout de la ville, on m’entend hurler comme un loup : NOOOON !
Et dans les cours, on entend l’écho : non non.
Et l’écho de l’écho dans les arrière-cours : non non non non.
Et puis ça fait flash, et la photo mentale c’est celle de mon zboub immobile, avec en arrière plan flou, ses deux yeux à elle. Et la bande-son qui gueule c’est : putain mais c’est quoi ça ? Le manque de respect, c’est quoi, c’est ta drogue ? C’est un besoin chez toi ? Jamais tu t’es dit que t’avais un problème ma grande ? T’es grave, putain, j’ai jamais vu ça !

Tout ça c’est moi qui le dis. Et j’ai beau avoir la bite à l’air, je suis quand même super impressionnant je crois. Parce qu’elle me répond toute intimidée : si ça te dérange de me traiter de putain, tu peux me traiter de contenant. Ou de poche.

Et là, tout de suite, alors que je range mon zboub encore tout mouillé de sa salive, je me dis que ça va être compliqué, mais vraiment très compliqué, de lui expliquer que ce manque de respect, c’est vraiment quelque chose qui me.
Qui me choque.

Comment on peut manquer de respect à quelqu’un qu’on aime ?

Nan, j’aurais jamais cru qu’une fille me demanderait ça, à moi, de lui donner des noms cheulous. Et en plus, là, c’est Linette. Alors évidemment c’est ça que je lui dis :
« J’aurais jamais cru qu’une fille me demanderait ça, à moi, de lui donner des noms cheulous. Et en plus, là, c’est Linette. Le nom que tu veux que je te donne, c’est Linette ! C’est le nom de ta meilleure amie, putain !
Merde, Lafleur t’as vraiment aucun respect. »




 


Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

JC Buzillard 10/11/2008 13:44

Zut, moi qui voulais voir ce qu'étais devenu ce jeune écrivain qui m'avait tant plus il y a 2 ans, je trouve rien de drôle à commenter. Bonne nouvelle vie.

Léa 15/07/2008 14:13

Magnifique, la chute ! Et super style d'écriture ! Pour un mec qui n'en est qu'à passer le bac, c'est impressionnant !

Pour répondre à quelques commentaires : non les insultes ne sont pas un truc de mec, certaines nanas aiment ça, et certaines ont même besoin de ça, et oui c'est un absolu manque de respect envers soi-même... Mais ça peut pimenter les rapports de manière tout à fait agréable !

L'Oeil regardait cahin-caha 03/07/2008 21:08

T'es rien qu'un veau de ville (non, ce n'est pas une insulte si tu l'écris en moins de mots :0073: )

Chloééé 22/06/2008 15:15

Francheman t'es trop foort J'aii lu ton boukin il étai vraimenn génial j'étai a la foi plié de rire & yavai des momen super emouvant.
Francheman rien a redire.
Et les texte de ton blog son vraimen géniaux.
Bizooooooo x33

smierdzisz 19/06/2008 21:19

La tendre violence de ta plume est un délice pour le coeur et les larmes.
Tu nous contemples, du haut de toute ta souffrance, et nous crache a la figure ce concentré bouillonnant d'émotions.

Pour te sentir vivre dis-tu?
Ne vois tu donc pas que c'est nous que tu ranime?