Sauver Willie

Publié le par Brad-Pitt Deuchfalh

Le grand Willie était encore en train de se plaindre mais j'écoutais pas. Pas vraiment. J'étais là mais j'étais pas là. T'as la belle vie toi qu'il a dit le grand Willie, t'as la belle vie. Ça m'a fait sortir de mon brouillard quand il a dit ça le grand Willie, quand il a dit t'as la belle vie toi, t'as la belle vie. Et j'ai dit : "hein ?"

T'as jamais de problème. Je t'entends jamais dire que t'as un problème. T'as de la chance de pas t'prendre la tête.
Et je dis ouais.
Il me dit qu'il m'envie, qu'il aimerait bien être comme moi. Qu'il aimerait bien être cool comme moi. Et j'enfonce mes deux mains au fond de mes poches et je sens bien que ça me donne l'air encore dix fois plus cool et que le grand Willie il est vert que je sois si cool.

Le grand Willie il dit tu sais.
Comme tous les gens qui aiment se plaindre. Le grand Willie il commence toujours ses phrases comme ça : tu sais.
Tu sais, moi j'aimerais bien avoir de la thune pour me payer un scooter mais mes parents me donnent que 150 euros par mois, alors c'est pas facile. C'est vrai quoi. Et je dis "monf". Mais en fait c'est pas vraiment un mot, c'est plutôt un bruit, mais comme réponse ça lui suffit au grand Willie. Toute façon c'est pas moi qu'il écoute. C'est lui.

Toi t'es cool. T'as pas de problème. Et il répète. Comme tous les gens qui veulent te faire croire qu'ils connaissent ta vie mieux que toi, il répète : t'as pas de problème toi. Et j'enfonce encore plus mes mains dans mes poches et je fais ma moue comme ça. Super cool j'ai l'air. Ça le vénére le Willie. Ça le vénère comme il dit.
Mais la vérité c'est que c'est d'avoir pas de scooter qui le fait chier Willie. Alors que Mano lui, il en a un.

Allez j'me trace qu'il dit. Mais il part pas tout de suite. D'abord il me regarde mais il dit rien. Il dit rien. Comme tous ces gens qu'on tant à dire mais tellement pas les mots. Et je voudrais lui dire qu'il me fait pitié à être si con. Mais je dis rien non plus. J'enfonce seulement mes poings bien au fond de mes poches en faisant comme ça avec ma bouche.

Je suis vraiment super cool.
J'ai vraiment pas de souci. Zéro souci.

Et quand il a bien fini de rien dire, le grand Willy se retourne et part vers un autre gars qu'il pourra saouler avec ses problèmes.

Alors je peux sortir mes poings de mes poches et souffler sur mes doigts tellement ça me fait mal de me ronger les ongles jusqu'au sang.


[mp3]

Texte lu par Bulle



Créer un lien


Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

Garfield 23/04/2008 17:13

Le bon point des bagues, c'est que tu peux pas te ronger les ongles...

Didier-Georges 25/05/2006 19:30

C'est dommage parce qu'en relisant ce texte, j'ai l'impression d'avoir d'autres impressions qu'à la première lecture, donc j'aimerais bien les dire dans un commentaire, mais j'en ai déjà posté un (deux). Et finalement il reflétait bien le fond de ma pensée. Mais j'aime bien quand tu donnes envie de revenir trois ou quatre jours après relire un de tes textes.

Sam 23/05/2006 15:35

Tu as de la chance, parce que moi, le Willie que je connais, il commence pareil mais il finit par me foutre sur la gueule et me pique mon fric !!!

Mais comme y dit, Willy : c'est pas grave, c'est des petits ennuis pour moi !!!

Baggins 23/05/2006 11:25

Super blog que je dexouvre j'aime beaucoup

Syrphide 23/05/2006 09:48

Ton Willie ce serait pas du genre quand on lui tend la main il t’envoie promener et quand tu te barres il te demande ou tu vas, s’il s’encouble et qui se casse la gueule, il en veut à la terre entier. Un parano quoi ! Qu’est ce que tu fous avec lui ? Bon Quant à moi j’ai travaillé ces derniers temps et j’ai bientôt suffisamment de pognon pour me payer une mobylette.