1/4 de crème hydratante

Publié le par Brad-Pitt Deuchfalh

Pfffff, maman soupire.
J'écris au présent mais en fait c'était l'autre jour, je sais plus quand, y'a pas longtemps. Vous allez voir.
Pffff donc. Maman soupire.
Bah quoi ?

Bah y'a que, maman, elle, elle aurait bien vu l'autre gagner même si ok d'accord lui aussi il est bien mais quand même.
Maman elle dit : "non mais d'accord il chante bien mais quand même, moi je l'aimais bien la grosse dame".

Faut dire ce qui est, c'est une diva cette femme-là.

"Rhooo et pis, c'est les membres du jury aussi. Ils m'énervent. L'autre-là, avec son prénom qu'est une marque de savonnette… mais si… tu sais, sanex.
-Euh, c'est Dove, maman.
-Oui, c'est ça, Dove. Comme le chanteur qui fait la pub pour le camembert.
-L'Edam, m'man."

Maman ce qui l'énerve c'est qu'elle dit pffff, cette pauvre fille elle serait venue l'année dernière, elle aurait gagné. Haut la main. L'année d'avant, pareil. Et peut-être même l'année prochaine. Mais non, il a fallu qu'elle vienne cette année. Pffff. C'est dégueulasse.
Et alors là, attention : ma mère a dit "c'est dégueulasse". Et ma mère ne dit jamais, mais vraiment jamais, "c'est dégueulasse".
Et là je comprends que contrairement à ce que je pensais jusque là, maman n'est pas en train de parler, non. Maman ne parle pas. Elle dit.

Y'a beaucoup de gens qui parlent :
"Ah ouais t'as vu il est bien ce mec-là
-Ouais, méritait de gagner.
-Clair, c'était couru d'avance.
-Ouep, dommage quand même pour la grosse black, l'était bien aussi.
-Mouais, c'est vrai. Pas d'bol hein?
-Ouep, t'as vu z'ont fait un article sur son chien dans Troudbal Magazine
-Ah ouais, paraît qu'il couche avec sa mère
-Nan mais tu sais qu'il a un énorme mais maman non ! Maman ne parle pas. Maman elle dit.
Et maman elle dit "c'est dégueulasse !"

En plus, tu sais, à tous les coups ils vont lui faire des chansons tralala à monsieur-la-belle-voix.
Des chansons tralala elle dit ma mère.
Y'en a qui disent "des chansons à chier". Ma mère elle dit "des chansons tralala".
Si au moins il lui faisait de beaux textes. Des jolis chansons. Mais tu vas voir qui vont lui faire du Patrick Sébastien.
Mais je croyais que tu l'aimais bien Patrick Sébastien, maman.
Oui. Je l'aime bien. Mais pas quand il chante.

Pfff, maman soupire.
Tout ça c'est la faute de Dave.
De Dove maman.
Ah bah tu vois qu'il a un prénom de savonnette !



BONUS : this text in english


Créer un lien


Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

mireille 30/07/2006 23:44

Bonsoir,Tiens, ce blog continue à exister ? Il ou elle ? Telle n'est plus la question :-)Mireille NB: merci d'etre venu(e) sur mon blog..;

jo 27/06/2006 01:31

La télé en fond, hier soir, je zieute de temps en temps sur cette émission de Jean Luc Delarue, qui se propose de nous montrer la vie, je préfère dire le quotidien, de parents débutants.
Une sorte d'état des lieux de ce qu'est sensé être la vie de reproducteur au 21ème siècle.

Au menu ce soir : des braves papas, des braves mamans, complètement dépassés par ceux qu'ils ont engendrés, plus ou moins esclaves, plus sûrement aveuglés, par un amour débordant. Heureux ou non ? J'ai l'impression que dans cette vie dévouée, la question ne se pose même pas.

Je prends comme une putain de claque dans la gueule.

Tout de même un peu méfiant envers ce genre d'émission ayant pour fond de commerce l'intrusion dans la vie des pauv' gens, un doute m'assaille.
N'empêche, doit bien avoir une part de réalité dans ce que ces abrutis nous renvoient. Une réalité un peu noire, triste assurément, Et ouais, quoi de plus cons que de torcher un gamin, quoi de plus pathétiques que de tenter de lui faire accepter notre moral, quand lui s'en cogne éperdument.

A propos de cogner, j'ai eu une légère envie d'en faire profiter mon pti frère l'autre jour. Ce con se foutait de ma gueule allégrement, tout ça parce que je n'arrivais à rattraper ses mauvaises passes de frisbee. Je l'avais mauvaise...Direction canapé, ton frère est fatigué tentais-je de lui expliquer. Peine perdue, cinq minutes plus tard, il me brisait les roustons, hilare, en un saut sans retenue.

Tout ça pour imager la pitié que m'inspire les jeunes parents dans leurs combats quotidiens. En même temps, vaut mieux se battre contre sa chair que contre son ennui. Elle est là la clé. Quel couple amoureux serait assez fou pour envisager la venue d'un intrus dans sa douce vie éprise de romantisme ? Aucun, alors plutôt que de s'enfermer dans la morosité à mater Jean Luc le soir à la télé. Bingo ! Un gosse, un chiard. Plus jamais de soirée à se regarder sans rien dire.
Bourka ouais ; comme un échange avec des soirées à parler du pti sans rien se dire.

Bof, chacun sa putain de vie.
Pour Jo, c'est clair, JAMAIS.

Sam 23/06/2006 10:04

Un seul mot, Grandiose !!!
Même si j'étais pour celui qui avait le nom d'un chanteur des années 70, Antoine !!
- C'est Christophe, maman, le prénom de la tortue.
- Ah bon, moi, je croyais que c'était Franklin...

martin Lothar 21/06/2006 22:45

Ben dis-donc, cette note-là, elle va être musclée à traduire, hein ! A+ Fin de loup

Brad-Pitt Deuchfalh 23/06/2006 11:23

Euh en fait Martin, elle est déjà traduite. Y'a même un petit bouton en bas du texte sur lequel on clique pour voir la traduction...

jo 20/06/2006 23:06

j'ai decouvert ton blog jeudi dernier en sirottant quelques bières et j'avoue que j'ai vraiment apprécié ton style. Rafraichissant en tout cas.
Concernant ce post, je t'avoue que je preferais l'autre histoire de savonnette, celle que tu voulais te fourrer dans la bouche...

c'etait qui la fille au fait qui s'est fait torcher? la black je vois mais l'autre???

Peace

JO