Le poisson rouge

Publié le par Brad-Pitt Deuchfalh

Y’a des gens qui sont nés pour vendre des choses à d’autres gens. C’est leur truc. Monsieur Bénu c’est son truc.

« Ah très bon choix ma ptite dame, ça c’est du chemisier pur soie, 100 % coton, le même que Lady Di le jour de sa mort, et c’est mon dernier alors profitez-en, 10 euros l’un, 15 euros les deux, c’est une affaire ! »

Monsieur Bénu. Crinière brune. Une grosse tête carrée comme dans les bandes-dessinées. Une espèce de petit chapeau mou et toujours un truc dans la bouche : un stylo, un mégot, un gros mot… des mains énormes comme ça : monsieur Bénu.
Vendeur sur le marché.
Mon patron.
M’sieur Bénu.

« Tiens le jeune, tu vas me chercher le carton dans le camion. Ah non madame c’est pas du skaï ça, c’est du cuir, on est pas chez Confo ici. »
Monsieur Bénu il m’appelle pas Brad. Il m’appelle le jeune :
« Tiens le jeune, accroche cette corde. »
« Tiens le jeune, va boire un café. »
« Tiens le jeune, aide la dame à porter son panier »
Monsieur Bénu il m’appelle pas Brad. Peut-être qu’il connaît pas encore mon prénom. C’est mon premier jour.

Son stand à monsieur Bénu c’est comme un bocal à poisson rouge dans lequel y’aurait un requin. Lui c’est le requin, il prend toute la place, c’est son territoire. Moi je suis le poisson rouge.

« Ça c’est du Chanel madame, c’est de la marque. »
Monsieur Bénu il ose tout.
« Ah bah oui y’a pas l’étiquette ma p’tite dame mais c’est pour ça que vous le payez moins cher. »

« Excusez-moi jeune homme, le chemisier c’est combien ? »

C’est drôle, on se rend pas compte quand on est du côté clients, mais c’est vachement dur d’être vendeur. On est comme ça, bêtement, planté comme un piquet inutile et pis d’un coup y’a une dame qui s’amène en disant : « Excusez-moi jeune homme, le chemisier c’est combien ? » et on se sent vraiment vachement con.

Je sais bien que c’est le « chemisier de Lady Di » et qu’il coûte 10 euros mais je sais pas pourquoi, je suis bloqué. Québlo. Je suis pas vendeur moi, c’est m’sieur Bénu le vendeur, c’est lui qu’a la tchatche, il est né vendeur lui, il a ça dans le sang. Je suis tout rouge. J’ai le cœur qui bat à fond. BomBom BOMBOM. Je regarde autour, je me dis que Mr Bénu va surgir derrière moi et me sortir de ce mauvais pas mais il est parti au camion. Je suis seul. Je suis complètement seul. Et la dame me demande encore « jeune homme, le chemisier, c’est combien s’il vous plait ? »
Je prends une grande inspiration. Je me retourne :
-Ce chemisier-là ? Il est à 15 euros madame.
-Quinze euros… groumpf mouaerf… 
Elle ronchonne, faut pas que je rate le timing. Je compte dans ma tête :
Une… (elle fait comme ça avec sa bouche)
Deux… (elle répète en marmonnant : « 15 euros scroumpf groumff»)
Trois… (elle déplie le chemisier à deux mains devant elle)
Quatre… (elle mets le chemisier en boule dans sa main droite)
Cinq (elle s’apprête à reposer le chemisier au milieu du tas de fringues).
C’est à moi de jouer : « Mais je vous le fais à 10 (clin d’œil) parce que c’est vous… »

Elle me tend un billet et son plus beau sourire, merci madame et à bientôt.
Une… (j’ai le cœur qui palpite)
Deux… (c’est con mais je suis fier)
Trois… (arrête de sourire connement)
Quatre… (je glisse le billet dans la caisse)
Cinq : « Tu caches bien ton jeu le jeune » (c’est la grosse voix de m’sieur Bénu. Il a tout vu.) Je me retourne et ce que je vais lui dire c’est que je voulais juste faire comme lui, même si je sais que c’est pas bien ses méthodes mais qu’au final ça fait de mal à personne, mais j’ai rien le temps de dire : y’a une dame qui hurle à travers le stand « m’sieur Bénu, à combien qu’ils sont vos chemisiers ? »
Monsieur Bénu lui montre toutes ses dents comme s’il venait de les acheter et en me collant une grande tape dans le dos il lui répond :
« Voyez ça avec mon p’tit jeune madame Lepuis, c’est lui qui s’occupe des chemisiers aujourd’hui. »


[mp3]

Texte lu par Bière Bremier




Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

. 11/07/2007 03:07

.

Gabrielle! La vraie, l'authentique! 01/12/2006 21:58

CA FAISAIT TELLEMENT LONGTEMPS QUE J'ETAIS PAS VENUE! C'est génial! Trop coooooOoooool comme dirait l'autre! Faut toujours essayer. Tout essayer, pour tout, HEIN!!!!! Je sais CA N'A AUCUN RAPPORT AVEC L'ARTICLE!!!! Mais je comprends pas pourquoi, j'suis super méga ultra cosmiqument contente de revenir te voir, enfin, après des semaines (week end plutôt, pour moi pauvre interne) de bugs internet et tant d'évènements dans ma VIE!!!! Parce que J'AI UNE VIE BRAD!!!! J'avais un peu oublié ces derniers temps et j'm'en rends compte maintenant alors C'EST TROP IMPORTANT!!!! C'est coooooooooooooooooooOooooooooooooooooool d'être contente!!!! JE T'AIME VOUS! EN PLUS IL EST TRES BIEN CET ARTICLE!!! VIVE MONSIEUR BENU ET LE JEUNE!!!

Martin Lothar 01/10/2006 01:59

Eh Brad, à combien tu nous le fais ce texte (de bonne facture, ma foi) ?
Ça va mal se terminer cette affaire ; je le sens !
Trop sympa le Brad ; trop gentil le patron...
Ça va mal se terminer ; je vous le dis !
A+

Tequitoi 01/10/2006 00:51

Comme d'hab, une foultitude de mots et de comms sympas, encenseurs...

Puis celui la qui va tout changer en ne dérogeant pas à la règle : SUPER ^^

A plus !

chrisboul 30/09/2006 15:33

Bravo! Tous tes textes sont magnifiques... et je pense qu'il n'y a pas d'imposture quand il y a du génie...
N'empêche que je t'ai reconnu, Brad : t'es Frédéric Beigbeder jeune!