C'est le jeu.

Publié le par Brad-Pitt

Aujourd'hui, j'ai envisagé de fuguer. Fuguer, ouais, partir, juste partir. Sans se soucier de revenir. C'est bizarre d'en arriver là. Je l'ai pas fait. Parce que tout le monde le fait. Tout le monde. Pour un oui, pour un non, tout le monde se barre, tout le monde fout l'camp, tout le monde fugue. C'est une épidémie. Ou une mode. Du coup, j'ai décidé de fuir en restant ici. Aussi longtemps que je le pourrai, je fuirai les gens, je fuirai les responsabilités, je fuirai mes rêves, je fuirai mes peurs, je fuirai. Sauf que ça aussi tout le monde le fait, alors il me reste quoi ?
C'est con parce que "je fuirai" ça fait un peu "monologue pour un robinet".

Ma sœur me dit que je suis trop bête. Elle dit que c'est ça mon problème. Elle dit que les gens intelligents trouvent toujours la solution à leurs problèmes. Ça lui va bien de dire ça à ma sœur. Ma sœur croit que l'Ouganda est un singe.

En parlant de singe, aujourd'hui notre prof de sciences nous a parlé de Darwin et de la théorie de l'évolution. Sûrement pour nous prouver que l'homme descend bien du singe, notre prof arborait sa tête de macaque. A la récré, j'ai regardé les gens autour de moi : les filles ont toutes des strings qui dépassent de leurs pantalons et les garçons des caleçons moulants avec des ceintures-élastiques marquées Calvin Klein ou Tommy Hilfiger. J'ai du mal à replacer ça dans la théorie de l'évolution. Mis à part qu'ils ressemblent vraiment tous à des animaux à se frotter comme ça et à se badigeonner la gueule les uns les autres avec la langue. Les mecs, dans la cour de récré, faut bien l'avouer, ils ressemblent un peu au caniche de la mère Goimain. Chaque fois, qu'une petite chienne en chaleur passe dans les parages, le petit caniche tout moche de la mère Goimain essaye de lui monter dessus mais il glisse et se plante la quéquette dans le bitume du trottoir. On dirait qu'il veut juste se frotter un peu.

Tout à l'heure, je me suis assis sur un banc et j'ai regardé le "mur des pelles". C'est le mur contre lequel tout le monde se range pour aller lécher les amygdales de sa belle. J'en ai vu qui ont commencé à s'aspirer la langue au début de la récré et qui ne se sont décollé qu'à la sonnerie de la fin. Ils avaient l'air vachement fier quand ils ont arrêté. Moi je trouvais ça plutôt ridicule. En même temps, j'aurai bien aimé être à leur place.

A la récré de l'après-midi, y'a cette fille qui est tellement belle qui est venu vers moi. Elle a dit "ma copine Clothilde elle demande si tu veux sortir avec elle." Elles sont tout le temps ensemble ces deux filles-là. Elles sont tellement jolies qu'on dirait des mannequins de magazines. J'ai répondu en souriant bêtement comme si c'était une blague alors elle est repartie. En fait, je crois que je saurai jamais si c'était une blague. J'aurais tellement aimé répondre oui. Pourquoi je suis si con ? J'ai tellement peur de pas savoir l'embrasser. De pas savoir comment faire. Est-ce que les filles elles attendent qu'on leur touche les nénés ou bien ? Je sais pas. J'ai juste souri bêtement. Elle a eu ce petit rire, et elle l'a gardé sur le visage en faisant demi-tour, elle l'a gardé jusqu'à ce qu'elle ait rejoint Clothilde qui était resté assise sous un arbre. Ça m'a donné envie de fuguer.

Les gens disent qu'une fugue c'est un appel au secours. Les gens disent que le suicide c'est un appel au secours. Moi je dis que c'est bizarre quand même parce qu'il me semblait que les gens ils appelaient au secours quand ils étaient en danger, quand ils avaient peur de mourir. Quand quelqu'un est en train de se noyer par-exemple il appelle au secours, parce qu'il a peur de mourir. Je crois que quelqu'un qui se suicide ou qui fugue, il a pas peur de mourir, je crois que c'est plutôt de vivre qu'il a peur. Enfin, je dis ça, je suis pas spécialiste. J'ai jamais fuguer, je me suis jamais suicidé. Pour l'instant.

D'ailleurs je crois que je me suiciderai jamais, je suis trop joueur pour ça. C'est vrai, les autres me reprochent toujours de prendre trop les choses au sérieux quand on joue à un truc, quand on fait un jeu et que je gueule un peu parce que untel ou untel ne respecte pas les règles. J'y peux rien, je suis comme ça moi. Je trouve que les règles du jeu si tu les respectes pas alors c'est comme si le jeu n'existait pas.

Je sais pas si c'est très clair ce que je dis. Mais c'est pour dire que je suis trop joueur pour me suicider. C'est peut-être ça le problème des jeunes qui se suicident, c'est qu'on leur a pas dit que c'était un jeu.
Moi je veux jouer jusqu'au bout. Même si à la fin je perds.




Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

nico 22/05/2008 20:50

En tant que jeune puceau de la langue a 16ans, je crois que je reagirais de la meme façon dans ce genre de situations. quant au suicide, je suis moi aussi trop joueur pour me suicider.

. 11/07/2007 02:56

.

. 29/06/2007 02:14

.

Taramis 31/01/2006 18:54

reflexion extrememnt interresante , sur lapeurde vivre et le fait dejouer jusqu'au bout,sauf queil faut peut être envisagé qu'il ya plusieurs partie...

café-banane 28/01/2006 18:25

Chacun sa version, moi j'ai plutot tendance a croire que la vie est une vaste blague (fut un temps ou j'avais un humours de merde j'orai ajouter "y parrait qu'la chute est mortel!!")