Papa dira qu'il a vu une biche…

Publié le par Brad-Pitt Deuchfalh

La lumière qui entre par la fenêtre le samedi matin à 11h00 quand on est le 25 juin et que c'est l'été depuis 4 jours, cette lumière, c'est celle d'un soleil qui semble entrer en ami. C'est idiot ? Vous dites que c'est idiot ? Lui il dit : "Salut si on dansait ?"

A 11h00 du matin quand maman est seule dans la salle à manger et que je suis censé être encore au lit parce qu'hier soir j'ai révisé jusque minuit, quand je suis le seul qui pourrait l'observer depuis le bout du couloir, dans le noir, parce que personne d'autre n'est là.
Quand il est 11h00 du matin et que papa et maman sont déjà revenus de Carrefour, qu'ils ont déjà vidé le coffre de toutes les provisions, et que papa est déjà reparti pour aller à la chasse-à-courre et que maman, seule enfin, dans un rayon du soleil traversant la salle à manger, répond oui dansons.
Quand maman pose sur la platine un vieux 33 tours de la Compagnie Créole et qu'elle dandine sa robe à fleurs en chantonnant mais que j'entend pas ce qu'elle dit parce qu'elle a mis le son sacrément fort et que je souris.

Mon père est passionné de chasse-à-courre. Des cavaliers crétins avec des trompettes et des fusils déguisés en matadors qui poursuivent dans la forêt, juchés sur leurs canassons, un pauvre chevreuil ou un cerf, avec la meute de leurs chiens idiots dressés pour la mort. Tous les samedis après-midi.

Comme c'est l'été, maman a enlevé les rideaux pour mettre des voilages légers… le soleil les traverse. Ça fait rire les oiseaux et chanter les écureuils, ça rajoute des couleurs aux couleurs de l'arc en ciel. Maman danse. Putain, c'est beau : maman danse.

Ça finira en bain de sang quand l'un d'eux plantera sa dague dans le cou de l'animal pour l'achever. Avec les chiens qui hurlent autour en tirant sur leur chaîne à s'en rompre le cou. Quand la mère Machin descendra de son cheval en disant de commencer la découpe et que tout le monde se félicitera. Et mon père qui rentrera et nous racontera tout. Et maman dira pour la millième fois qu'elle ira voir quand c'est la mère Machin qui fera le gibier et qu'elle se fera trucider cette vieille conne. Avec cet air sérieux qu'elle prend pour se donner l'air sérieux mais qu'en fait elle s'en fout bien de tout ça.

Mais en attendant il est 11h00 du matin.
La porte s'ouvre et c'est Crocheton qui rentre du lycée.
Il me moque d'un "pourquoi tu te caches ?" en grimaçant sa bouche et je le fraternise d'un signe de tête indiquant la salle à manger. Il s'illumine d'un éclair dans les yeux. C'est pas l'orage, c'est l'enfance.
Crocheton tombe à genoux près de moi parce que son sang coule dans mes veines. Et dans le silence de nos corps et la musique créole, nos yeux clignotent et brillent deux à deux. Face à nous, dans le soleil, un ange danse dans la robe de maman.




Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

petite fille 26/03/2008 07:28

c'est drole... hier, je lis tout le début de ton blog, j'en sors la gorge nouée comme d'un Daniel Pennac. Et, dans le bus qui m'enmmene au bahut, petite fille que je suis, je me dis "c'est bizarre quand meme, il n'y a ni figure de style ni tout le bataclan qu'on nous apprend en cours de francais ici et pourtant sa marche quand meme... "
Je relis, ce matin, et, ô surprise, si, sa y est. C'est juste tellement léger et tellement agréable que sa passe tout seul, comme un Arlequin sur la langue (j'adore les Arlequins xD), comme du chocolat fondu.
Joyeuses paques =D

Emeline 19/04/2007 21:51

Wao...bravo encore.
Désolée, j'ai rien à ajouter.

Aelita 23/09/2006 15:49

Magnifique surtout la fin mais le reste aussi... Je sais pas quoi dire à part que c'est très beau...

florine 02/08/2005 17:58

Juste un mot !!Saisisant !!OUi le contraste, les expressions, ...tous est tellement saisaisant dans ce texte !!
C'est touchant comme commentaire. Merci.

Bruno 28/07/2005 12:00

J'ai commencé à te lire, suite au message, disons plus léger et humouristique des premiers jour...
J'ai vraiment bien rit...
Et là, j'ai les larmes au yeux...
Merci pour ton style
Merci à toi. C'est tes commentaires qui vont me mettre les larmes aux yeux si tu continues comme ça. Merci