Le géant

Publié le par Brad-Pitt Deuchfalh

Je trouve que c'est quand même vachement difficile d'imaginer notre planète comme une petite sphère tournant au milieu d'un vide infini. Une petite sphère au milieu d'une sorte de désert, de néant gigantesque et sans limite dans lequel il n'y a rien mais vraiment absolument rien, même pas un supermarché. J'ai l'air de rigoler mais je vous assure que je rigole pas, parce que si vous étiez au milieu d'un désert complètement seul et sans la moindre goutte d'eau, vous garderiez toujours l'espoir de pouvoir rencontrer quelqu'un tandis que si vous flottiez dans l'espace vous ne pourriez même pas vous suicider en mangeant du sable.

C'est drôle parce que quand j'étais petit j'avais vraiment vachement de mal à imaginer que la Terre ce soit une petite sphère qui tourne dans l'espace. Par contre, j'imaginais très facilement que la Terre était une sorte de balle dans les mains d'un géant qui lui-même habitait une planète qui était une balle dans la main d'un géant.
Comme quoi y'a des fictions qui sont plus crédibles que certaines réalités.

Quand il y avait un tremblement de terre, je me disais que c'était parce que le géant jouait au foot avec sa balle. Quand il y avait une grosse averse c'est qu'il lavait son ballon.

C'est drôle quand même. De se dire qu'on est que des gens posés sur une boule qui flotte dans du rien. D'un seul coup on se sent un peu con.
Je préfère me dire qu'on est des insectes sur le ballon d'un géant.
Ça fait moins peur je trouve.




Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

manue 22/09/2008 19:47

entierrement d accor on s imagine toujour plein de truc a se sujet mais quand on se di que c l infini ca nous fascine tout en nous intrigant c bizar la sensation

. 11/07/2007 03:08

.

. 11/07/2007 02:45

f

Isuzusan 01/05/2007 13:40

C'est vrai que ça fait moins peur... je n'avait jamais pensé à cette manière là de voir les choses^^

L'oeil regardait cahin-caha 12/04/2007 23:33

Moi aussi, avant, je me disais bien que des extra-ma-planète devaient exister... ailleurs. Et puis j'ai trouvé la terre.