Alexo

Publié le par Brad-Pitt Deuchfalh

Mon oncle Alexo, c’est tellement qu’un souvenir que je suis même pas sûr qu’il ait existé.

Alessandro comme dit ma mère. Il me fait rire cet accent qu’elle prend quand elle parle de son frère. Elle en a plein la bouche on dirait. Parce que ça déborde de son cœur, elle en a plein la bouche de son frère.

Il est mort Alexo, c’est ce que pense Crocheton. Dix ans qu’il est pas rentré, dix ans qu’on a pas de nouvelles, dix ans que maman parle de lui au présent. Dix ans que papa la laisse dire. Dix ans qu’Alexo m’a passé la main dans les cheveux en me disant « gamin, on se retrouvera là-bas. » Est-ce que c’est moi qui l’ai imaginée cette scène-là ou est-ce que c’est arrivé vraiment ? Qui s’en souvient ?

Alexo, il avait les cheveux noirs comme un corbeau et un sourire d’ange. Quand il est arrivé au monde, il paraît que la vieille du village avait dit « celui-là, il est né pour avoir des ailes. » Mille fois maman l’a raconté cette histoire.

Alexo ressemblait à Jésus. Je pense à lui dès que je vois un crucifix. Et un jour, Alexo m’a mis la main dans les cheveux et puis il est parti. Il avait son gros sac sur le dos, ses cheveux lui tombaient dans la nuque. Il portait des habits qui ne se vendent nulle part, des habits qui se donnent. Il souriait en disant périple, en disant aventure, en disant pleure pas mais maman pleurait en disant attention, en disant mon frère, en disant je t’aime. Et puis au coin de la rue, les Indes l’ont aspiré, et depuis dix ans, jamais encore ne l’ont recraché. Et maman chuchotait reviens.

J’ai vu Alexo. De mes yeux. Je l’ai vu comme je ne vous vois pas. Je l’ai vu. En rêve. C’est sous la forme d’Alexo que mon inconscient est venu me parler cette nuit. Y’a pas de hasard. Il était là avec son sourire, avec sa chevelure noire qui lui tombait sur les épaules et avec ses ailes. Nous étions dans un pays coloré, avec des tissus partout qui séchaient aux fenêtres et partout des femmes qui portaient des paniers sur leur tête et des gamins cul nu qui gambadaient dans les rues de terre poussiéreuse.

J’ai dit : « mais alors, tu es toujours en vie ? » et Alexo a répondu : « je suis là. »

« Pourquoi t’as décidé de partir ? » ai-je demandé. Alessandro a répondu : « pourquoi es-tu resté ? »

Soudain, prenant sans doute conscience de la situation, je lui ai dit « mais tu as des ailes, c’est ridicule, c’est un cliché de série B. On se croirait dans une série de M6 » et il a dit « c’est toi Brad, c’est toi qui est ridicule » et il a passé la main dans mes cheveux et j’étais tout petit et lui très grand, c’était un géant. Non, j’étais juste redevenu un enfant. Et Alexo m’a dit « tu sais Brad, les décisions qu’on prend on les prend toujours comme si qu’on allait être immortel… tandis que la vérité c’est qu’on sera pas vivant toute notre vie. » Il a déployé ses ailes et, flottant au-dessus de moi dans le ciel, il a dit « vis ta vie comme un héros, bonhomme, c’est tout ce qui nous reste. » et puis il s’est envolé.

Le réveil a sonné. Je me suis levé comme on tombe. L’odeur du chocolat chaud m’a conduit à la cuisine et le hurlement de terreur de maman quand elle m’a vu : « Alléssandro !! »… elle était blanche et j’ai dit « maman ça va ? » et la main sur le cœur, elle a dit dans un sanglot « Brady, tu lui ressembles tellement… »



Bonus du jour : Pour ceux qui ne l'ont pas reçue, voici la newsletter du mois de juillet. Les prochaines seront reservées aux abonnés. Il vous reste une semaine pour vous abonner avant la parution du n°2 de Contagion.



Créer un lien


Laisser un commentaire sur ce texte


?

Voir les commentaires

Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

Laetitia 24/01/2006 15:27

C'est beau. Merci.

yseult 10/01/2006 10:48

ouf! j adorre je... oh ... p... et tu n as que 15 ans p... j en ai 29 et je suis scotchee

alex 05/12/2005 11:50

quelle verve, quelle imagination... Il y a des jours avec, ou je te lit, simplement, et je bave, de jalousie. Et d'autres, sans, ou en plus de jalousie, j'ai soif de compèt'. Alors, j'écrit, pas beaucoup, et pas grand chose.
Je me dit que tu me lira, et que ça suffit à régler la note.
Et puis ça me permet de te dire ce que j'ai eu envie de te dire depuis longtemps ;Merci.

Zoelie 29/07/2005 19:18

Ca m'enerve, cette envie de pleurer qui me colle a la peau quand je lis certains de tes articles ...
Rassure-toi : ça me fait pareil quand je les écris.

belle la planÚte 27/07/2005 21:26

moi je suis pas trop vieille!!!
;-))
Argh