Violet

Publié le par Brad-Pitt Deuchfalh

Veti'Fashion, la mode trop super cool !! Il était exactement 17h43. Maman avait dit : « 18 heures. Pas une minute de plus. » Et le pire c’est que j’avais sur moi tous ces jolis billets que j’avais récoltés de mon anniversaire : 20 euros de maman (papa ne me fait jamais de cadeau), 20 euros envoyés par ce grand-père paternel que je n’ai jamais vu mais qui, il faut l’avouer, n’oublie jamais de m’envoyer ma petite enveloppe, 15 euros de ma tante. Il a fallu que j’explique tout, et pour l’accident de maman et pour tout le reste, et le type me demandait quand même pour la millième fois « Dis-moi, p’tit, tu veux vraiment me faire croire que tu t’appelles Brad-Pitt Deuchfalh... ou bien tu veux simplement te foutre de ma gueule ? »

J’étais pas fier. Je tremblais de partout. Le bureau devait faire dix mètres carré. Pas de fenêtre. Un bureau, et le gros type en sueur sous sa chemise bleue qui me demande encore si je me moque de lui et surtout si j’ai l’argent pour payer. Et ma voix qui trébuche.

La dernière fois que maman m’a acheté des vêtements c’était ce fameux slip dont j’ai parlé l’autre jour. Avant ça, faut sûrement remonter à la dernière rentrée scolaire. En septembre.
Crocheton est content : depuis presqu’un mois il peut choisir ses vêtements lui-même. Avant c’est maman qui choisissait comment il devait s’habiller. Mais, je sais pas trop pourquoi, depuis quelques temps, sûrement parce qu’il devient grand –il se rase maintenant- maman lui laisse un peu plus de liberté et c’est lui qui décide tout seul de ce qu’il veut mettre. Et le plus drôle c’est que je m’étais jamais dit avant ça que les choses pouvaient se passer ainsi. C’est vrai. Ça me semblait normal que maman choisisse pour nous.

Veti’fashion, c’est le nom qui s’affichait sur trois mètres de large au-dessus de ma tête quand je suis sorti du magasin. Et j’ai pas fait cent mètres, sourire aux lèvres, qu’une ombre s’abat sur moi et une main sur mon épaule me demande de pas faire d’histoires. Et de la suivre. Et je me retrouve dans ce bureau. Avec le gros qui transpire et postillonne. Et j’ai volé un pull. Et je me suis fait piqué. Et merde. L’air con.

Ma carte d’identité ? Oui je l’ai. Oui je m’appelle bien Brad-Pitt Deuchfalh. Bah non je me foutais pas de vous monsieur. Oui, j’ai de quoi payer…

Bien sûr que j’ai de quoi payer, et dans deux secondes il va me demander pourquoi je préfère voler des fringues au lieu de les acheter vu que j’ai l’argent pour. Et tu veux que je lui réponde quoi ? Que je trouve ça plus facile ? Plus rigolo ? Ou simplement que j’ai tellement toujours entendu mon père gueuler qu’on a pas de thunes et que non, on ne peut pas se payer ceci ou cela, et que oui bordel il faut faire attention à pas trop dépenser en eau, en électricité, en bouffe et en tout, que rien que de le dépenser cet argent qu’est le mien, j’aurais la sensation de les enterrer vivants mes parents… de les foutre dans un trou et de balancer de la terre sur leurs visages, leurs yeux grands ouverts ? Tu veux que je lui dise quoi : que je suis idiot désolé ne dites rien à mes parents ? Bah oui, c’est ce que je dis… tu dirais quoi toi ?

Alors je lui dis ça et il dit qu’il va falloir que je paye… parce qu’il faut bien que quelqu’un le paye ce pull… alors que le mieux ce serait peut-être bien d’appeler mes parents… parce que tous ces billets bien pliés dans mon portefeuille c’est quand même étrange, c’est peut-être même pas à moi –mais qu’est-ce qu’il imagine ? Que c’est l’argent d’un trafic de drogue ou quoi ?- et je dis que si, c’est à moi et que non il ne faut pas appeler mes parents.

Alors le deal est simple, on garde ta carte d’identité et tu vas chercher les trente quatre euros quatre vingt dix chez toi, et tache d’être revenu avant 18 heures sinon…
Dix-sept minutes aller-retour. Un record. Quand je suis re-rentré dans le bureau, ma gorge me brûlait tellement avec cet air qui allait-venait-allait-venait dedans en sifflant qu’ils n’ont même pas entendu que j’avais dit « tenez » en tendant l’argent au-dessus du bureau. L’horloge a sonné dix huit heures.
J’étais en retard.
Je le savais.

Quand j’ai ouvert la porte de la maison, le pull était dans mon sac. Dans le couloir il y avait l’odeur des jours de fête, l’odeur des fêtes en famille, des fêtes entre nous, et j’étais en retard. Il ne faut pas arriver en retard pour les fêtes entre nous. Le temps de tourner la tête et j’ai vu la main de maman, avec ses longs doigts effilés, ses longs doigts allongés un peu abîmés par le quotidien de la maison, sa main longue qui s’est aplatie froidement et violemment sur ma tempe et je suis tombé sur le cul. « J’avais dit 18 heures ! » et ses mots se couchaient sur mes sanglots. Et mes mains protégeaient mon visage et l’angle du mur arrêtait ma fuite accroupie. Tout le monde est prêt, tu as cinq minutes, a-t-elle dit, et puis elle a ajouté : essuie-toi les yeux.

Pendant le repas, j’avais le contour de l’œil violet. Comme le pull. J’aurais aimé qu’il soit emballé. Tant pis. Je lui ai donné comme ça en disant du mieux que je pouvais « bon anniversaire maman. »





Créer un lien


Laisser un commentaire sur ce texte


?

Voir les commentaires

Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

BP D 27/08/2005 15:34

Réponses écrites hors connexion et en tir groupé pour raison d’économie de connexion, avec toutes mes excuses pour ce manque de respect. B-P D
 

 

Mimi > Idem.

Florine > Je suis infiniment touché par ce commentaire Florine. Tu vois, en réalité, je reste là devant mon clavier et je sais pas trop quoi répondre alors je regarde juste mes doigts taper sur les lettres en attendant qu’ils trouvent celles sur lesquelles ils doivent se poser pour tout simplement te dire que je suis ému et que je suis ému… mais ils ne trouvent pas…

Bruno > ça me rassure. Je trouvais que c’était un peu un manque de respect envers vous. Merci. Et bonjour à Mulderz :-)

Petitangeadore > merci, c’est gentil. Et si je suis une autruche savante ayant subie des modifications genetiques, est-ce que tu vas continuer à me lire aussi ? :- )
locy > je recommencerai plus... promis.

locy 23/08/2005 11:13

J'aime, comme d'habitude. Ceci dit c'est pas beau de voler hein !

petitangeadore 12/08/2005 18:55

Voilà.
C'est ça que je veux lire.
Du GRAND BPD, comme dit Briscard...
Tu sais Brad, je suis amoureuse de ton écriture...
Pfff... Qu'est ce que j'aimerais avoir quinze ans...
Et puis, si tout ceci est faux, si ça n'est que le fruit de ton imagination, si tu es un adulte et pas un ado de quinze ans, m'en fiche, je préfère être leurée et continuer à voler grâce à tes mots.

Bruno 08/08/2005 09:51

C'est une bonne chose de répondre comme tu le fait.
-économie de forfait internet
-conservation du contact avec les lecteurs

Merci
PS salut Mulderz

florine 06/08/2005 19:42

Moi aussi ma mera lu ton texte sur l'annni a ta maman !!Ell eest tombe dessus par hasard car je suis apprenais a se servir du net pour qu'elle se dbrouille quand je saurais parti !! enfin bref et elle me disait "tu crois que l'on peut encore vivre comme ca aujourd hui ? "je lui est demande pk ell eme dendais ca et pk elle croyait ca et elle m'as repondu " tu sais je crois que ce recit est inventé !! On ne peut plus vivre comme ca ou alors ce garcon est plus vieux et il racone sa jeunesse !!" je lui ets dit que je le pensasia usi mais que d'un cote je m'en doutais car grace a toi j'avais toujours envie d'aller voir ton blog !!!et apres depuis longtemps on as passe une super journée a savoir qui tu etais réellement ? c'etait genial alors du fon du coeur MERCI !!