Connexion

Publié le par Brad-Pitt Deuchfalh

Je me suis fait virer de l'option d'informatique. Je ne pourrais plus me connecter de la salle des ordinateurs.
Je pourrais le faire depuis une boutique internet, bien sûr, si j'avais les sous. Seulement on a jamais eu d'argent de poche. Ni Crocheton, ni Pendry, ni moi.

Crocheton a dit que tous ses copains avaient de l'argent de poche mais papa a dit non. Que ça commence comme ça et qu'après on ira acheter des cigarettes avec. Ou pire.

Papa est entré dans la chambre comme une furie, il a sauté par-dessus mon lit (putain jamais j'aurais cru qu'on pouvait passer comme ça d'un bond au-dessus de mon lit !), et puis il est quasiment tombé sur Crocheton qu'était juste là à bouquiner tranquille. Et papa a attrapé Crocheton par les épaules et d'un geste l'a relevé sur ses jambes et il a gueulé que jamais il ne supporterait que ses fils soient des voleurs et que ceux qui volent doivent être punis. Il manquait 5 euros dans le portefeuille de papa. Alors la main de mon père s'est levée vers le ciel, Crocheton a protégé son visage en hurlant "non c'est pas moi" et la main descendait comme un missile vers le visage de mon frère, mon cœur tapait et puis en une demi-seconde, plaf, un grain de sable a bloqué les rouages, et y'a eu cette image arrêtée, comme figée, gravée à jamais : ma sœur venue de nulle part avec ses yeux tellement coupants que ça m'en fend le cœur, ma sœur les pieds plantés dans la moquette, le corps tendu, agrippant la main de mon père en plein vol en hurlant "c'est pas lui !". Et son courage qui fend l'air.
De l'écrire j'en tremble. De le lire j'en pleure.

Je mens pas.

C'est pas lui papa, c'est moi, pour aller au cinéma… avec une copine… je suis désolée… pardonne-moi papa…
Quand ma sœur te dit pardonne-moi, avec cette voix qu'elle a ma sœur, avec ses yeux qu'elle a, tu peux faire qu'une chose, tu pardonnes. Surtout pour cinq euros.

Papa est sorti de la chambre. Y'a eu juste un silence. Puis un deuxième. Crocheton a regardé Pendry. Il lui a dit "merci". Moi, j'ai pensé : "merci pour quoi ? Il a failli morfler par sa faute."
Il fallait que je vous raconte tout ça.

Fallait que je vienne ici me connecter dans cette boutique pour vous dire qu'aujourd'hui les héros s'appellent Pendry et Crocheton. Que c'est MA sœur et que c'est MON frère et qu'y a rien de plus à dire.

Parce que Pendry a regardé Croch', parce que Croch' m'a regardé. Parce que les 5 euros c'est pour toi Brad. Pour que tu te connectes. Parce que tu dois pas lâcher l'affaire frérot.
Parce que y'a pas de mot pour dire merci.


[mp3]

Texte lu par DG


Bonus du jour : Dessine-moi un Brad-Pitt Deuchfalh et n'oublie pas :
-de l'enregistrer (save face) en le nommant bradpittdeuchfalh (suivi d'un n°, exemple bradpittdeuchfalh1)
-de rentrer le nom de l'auteur pour que l'on puisse savoir qui a fait le meilleur
Pour consulter tous les Brad-Pitt Deuchfalh dessinés, aller dans load face, choisissez le portrait qui vous interesse puis cliquez sur load



Créer un lien


Publié dans Au jour le jour

Commenter cet article

Ziaaa 31/10/2006 10:00

Merci Pendry, merci Croch' :)

Bruno 29/11/2005 15:25

merci à ton frère et ta soeur
ça me fait toujours monter les larmes aux yeux
ils ont raison
Lache pas l'affaire !

Didier-Georges 02/11/2005 15:40

Je l'avais oublié ce texte. Il est vraiment bien. "De le lire j'en pleure"... Moi aussi.

Miora 02/11/2005 14:20

Prima !
excellents, tes frangins. Courage.

Abcisse 23/10/2005 22:14

Toi mon bonhomme je te mets dans mes liens IMMEDIATEMENT
c'est une vieille qui te le dis (mais c'est pas pour ça que c'est bien): ce que tu as écrit là est un petit bijou.